Les retours des bêta-lecteurs sur mon 2ème roman

Quels commentaires mes bêta-lectrices ont-elles faits sur mon roman Météorites ?

Pour approfondir mon article Organiser la bêta-lecture de mon deuxième roman, j’aborde aujourd’hui le vif du sujet : les retours de mes bêta-lecteurs. Vous saurez tout ce que mes premières relectrices (et un relecteur !) ont reproché au tome 1 de Météorites et, aussi, ce qu’elles ont apprécié. Je vous partagerai aussi les premiers retours de mon éditrice qui a accepté de m’accompagner dans le retravail de ce texte.

Au dernier décompte, j’ai reçu à peu près 1400 commentaires si on cumule tout (donc ça va de « haha » à « 20 lignes sur les faiblesses de la troisième partie »).

Je vais m’efforcer de rester vague mais, si vous ne voulez absolument aucun spoiler sur mon histoire, je vous conseille de passer votre chemin 🙂

Les retours des bêta-lecteurs sur mon roman


retours de mes bêta-lecteurs : Les encouragements finaux

Je vais commencer par ça pour me mettre du baume au cœur avant d’attaquer la revue des critiques. Voici quelques extraits des retours que j’ai reçu de mes BL à la fin de leur lecture (je dis bien « extraits », j’ai donc coupé tout ce qui venait avant les « MAIS » 😉 ) :

« J’aime bien ton histoire […]. J’ai hâte de lire la suite. »

« J’ai passé un moment très agréable à lire ce premier tome. »

« Cette fin est très bonne. […] Je trouve toute cette partie finale très réussie.’

« C’était super »

« J’ai vraiment apprécié la lecture de Météorites, l’héroïne est intéressante, le style très agréable et l’univers vraiment top »

« Je tiens à te féliciter parce que c’est vraiment un très bon livre que tu nous as écrit ! […] Et en ce qui me concerne j’ai hâte de lire la suite ! »

Il faudrait que j’imprime ces petits mots et que je les affiche au-dessus de mon ordinateur pour me donner du courage ❤️. Je suis HYPER touchée par ces compliments et j’espère relever les challenges qui m’ont été lancés pour créer un manuscrit qui soit vraiment à la hauteur.
Et maintenant que je me suis jeté des fleurs, on peut attaquer les choses sérieuses.


retours de bêta-lecteurs : Les commentaires sur le fond

1. L’histoire

L’intrigue se découpe en deux parties, chacune mettant en scène un décor particulier et des personnages essentiellement différents. La première partie, plus courte, n’a pas fait l’unanimité pour les raisons suivantes :

  • Certains passages manquent de conflit et de tension, on attend un peu qu’il se passe quelque chose
  • Beaucoup de personnages sont présentés et beaucoup d’informations sont fournies, qui me seront utiles dans le tome 2 mais n’ont pas forcément d’impact sur la suite du tome 1 (le piège classique de l’exposition)
  • C’est frustrant de s’investir dans un monde et de passer ensuite à un autre

La fin de cette première partie, en revanche, fonctionne plutôt bien. Les chapitres de transition sont bien rythmés, plus actifs et intenses, ils donnent envie de lire la suite.

Sur la deuxième partie, je retrouve un peu les mêmes problèmes puisque la présentation de mon deuxième décor traîne un peu en longueur et les enjeux mettent du temps à devenir clairs. La fin est un poil embrouillée, mais elle est prenante car les rebondissements s’enchaînent. Elle apporte une vraie conclusion à ce premier tome et donne envie de lire le suivant.

Ce que j’en retiens :

  • Alléger la première partie en supprimant les passages trop lents et en renforçant ceux qui auront du poids sur la suite, notamment la caractérisation de l’héroïne et ses relations avec ses proches. Un grand événement intervient au milieu de cette première partie et, même si les choses sont rapidement chamboulées ensuite, je dois montrer l’impact que cet événement a eu sur l’héroïne et sur sa façon de penser
  • Augmenter la tension de la deuxième partie en faisant en sorte que mon héroïne débarque dans une situation déjà compliquée, au lieu que ce soit son arrivée qui déclenche (lentement) tous les problèmes

2. Les révélations

Si la toute fin de ce tome fait bien son travail, les quelques chapitres qui la précèdent ont pu paraître indigestes, car ils contiennent des tas de révélations sur l’identité de certains personnages et de retournements de situation. Dont quelques-uns qui sortent un peu de nulle part. L’accumulation donne un effet trop théâtral et peut casser l’émotion que je cherche à transmettre.

Je vais voir si un ou deux rebondissements peuvent être supprimés, ou amenés différemment.

Quant aux révélations en elles-mêmes, j’ai eu environ 50% de succès : une partie de mes BL avaient deviné qui se cachait derrière les masques, les autres ont été complètement surpris. N’étant pas du tout une reine du suspense, je suis déjà ravie de ce résultat ! Mon travail maintenant va être de brouiller davantage les pistes, car les personnes qui ont compris avant la fin ont surtout été guidées par le fait qu’il y avait rarement plus d’un ou deux candidats possibles pour chaque personnage-mystère.

3. L’univers

Disons plutôt les univers, puisque comme je vous l’ai expliqué le décor change radicalement entre les deux parties. Mes BL ont globalement trouvé les deux bien construits, suffisamment riches sans tomber dans les pièges de la leçon d’histoire-géographie.

L’univers A correspond à une atmosphère Second Empire. Il a plutôt été apprécié, même si tout le monde ne partage pas ma passion pour les crinolines, les corsets et les grands bals. Cependant, comme je présente Météorites comme un roman steampunk et que ça n’apparaît pas dans cette première partie, ça en a déconcerté quelques-unes.

L’univers B a une identité plutôt steampunk, plus urbaine et industrielle. Tout le monde ne m’a pas fait de commentaire à son sujet et ceux que j’ai reçus sont un peu contradictoires.

Une de mes BL l’a tellement aimé que l’univers A lui a paru très fade en comparaison (ce qui est sans doute accru par le manque de tension dans la première partie). Une autre, en revanche, aurait souhaité davantage de contrastes entre les deux, que l’étrangeté de l’univers B soit encore plus frappante et mon héroïne davantage déboussolée. Je pense que je n’ai rien à perdre à développer les particularités de cet univers 🙂

Un point en particulier a intrigué mes lecteurs (et j’avoue que c’est une facilité scénaristique délibérée de ma part) : les personnages parlent la même langue dans les deux lieux, alors qu’ils sont censés n’avoir jamais été en contact. Je l’explique de façon un peu légère dans le roman, mais on m’a fait remarquer qu’il serait intéressant d’avoir des différences d’accent et/ou des expressions spécifiquement locales, comme on peut en avoir entre le français de France, celui de Belgique, de Suisse ou du Québec.

Dans tous les cas, ce deuxième univers a pu sembler insuffisamment creusé, notamment dans les dynamiques politiques qui l’animent. Je suis en train de retravailler le fonctionnement des pouvoirs en place afin d’éclaircir tout ça.

4. Mon héroïne

Ah, on touche au point le plus complexe de cette bêta-lecture ! J’ai pris le parti d’avoir une héroïne très différente de mon adorable petit Cœur du Page de l’Aurore (❤️). Lady Vïnchka Orys est égoïste, ambitieuse et maligne. Ce n’est pas une mauvaise personne et elle n’est pas cruelle pour le plaisir, mais elle pense avant tout à elle-même et montre assez peu d’empathie pour les autres.

Pour vous illustrer le problème, voici quelques-uns des retours que j’ai reçus au sujet de mon héroïne :

« Je me suis énervée à plusieurs endroits contre Vïnchka qui est soit gourde, soit antipathique, soit maladroite dans sa diplomatie (et que très étrangement, tout marche quand même comme elle veut) »

« J’ai beaucoup aimé détester Vïnchka »

« Je n’ai pas trouvé Vïnchka antipathique, non. Elle est égoïste et intéressée, mais ce n’est pas un problème pour moi. […] En fait, je la trouve globalement attachante »

« J’ai beaucoup apprécié ton héroïne, sa détermination et son ambition. Effectivement elle n’est pas entièrement sympathique, mais on comprend parfaitement ses objectifs et ce qui la pousse à agir de cette manière, ce qui la rend intéressante et qui est suffisant pour qu’on ait envie de la suivre.. »

La parfaite illustration du fait qu’on ne peut pas faire plaisir à tout le monde. Maintenant, creusons un peu ces retours :

  • Mon principal défi va être de la rendre sympathique pour le lecteur malgré sa personnalité égoïste
  • Les motivations de mon héroïne manquent de clarté, surtout au début de la deuxième partie. Ses faiblesses s’appliquent bien à l’univers A mais ne sont pas taillées pour l’univers B, donc elle ne fait pas avancer l’histoire à ce moment. Il faut que j’adapte ses désirs à sa nouvelle situation et que je lui donne un adversaire correspondant
  • Il est vrai qu’elle obtient un peu trop facilement ce qu’elle veut. Certains personnages lui résistent, mais elle parvient généralement à ses fins sans trop se remettre en question
  • Elle ne connaît pas vraiment de transformation au cours de ce tome. C’est d’ailleurs l’un des aspects de la construction en deux tomes qui me pose le plus de problèmes : comment gérer l’arc de mon personnage ? Effectuer une transformation dès le tome 1, ou bien attendre le tome 2 ? J’ai du mal à trouver des conseils sur le sujet

En conclusion, je pense qu’il faut que je confronte mon héroïne à quelques échecs et déconvenues, afin de la pousser à questionner son attitude.

Blair Waldorf / Scarlett O'Hara

En même temps, avec une héroïne inspirée de Blair Waldorf et Scarlett O’Hara…

5. Les antagonistes

Vous allez me dire que c’est une manie : mes antagonistes n’ont pas de motivation très claire. La raison qui les pousse à s’attaquer à l’héroïne manque de logique et pue un peu le côté « c’est comme ça parce que ça arrange le scénario ».

Et pour être très franche, j’ai toujours eu du mal à les cerner moi-même. J’ai beaucoup réfléchi à leur backstory mais je ne la montre pas dans le roman, et d’ailleurs mon antagoniste principal apparaît assez peu avant la fin du tome (oui, je sais, comme la Sorcière de Fer du Page de l’Aurore, mes défauts se répètent). Par conséquent, ils ne représentent pas une menace très inquiétante (comme me l’a confirmé ce très bon article de Mythcreants).

Mais parallèlement à ça, j’ai créé dans mon univers B une certaine complexité politique que j’ai complètement sous-exploitée Je voudrais la creuser et la mettre davantage en avant, avec une vraie concurrence pour le pouvoir. Mon héroïne représenterait alors un enjeu politique qui concernerait toute la ville et pas seulement un petit groupe de méchants obnubilés par elle sans raison particulière.

6. Les autres personnages

Mon éditrice m’a reproché d’avoir écrit un roman trop féministe ^^

Je dois reconnaître que, sans m’en rendre compte, j’ai donné tous les beaux rôles à des femmes (surtout dans la deuxième partie) tandis que les personnages masculins sont assez passifs et passent au second plan. Alors oui, le féminisme me tient à cœur et je tiens à passer certains messages à travers mon roman, mais je ne veux pas être aussi caricaturale. De toute façon, l’objectif du féminisme c’est l’égalité des droits, pas la domination des hommes par les femmes, donc ça n’aurait aucun sens de maintenir les choses en l’état.

Il faut donc que je donne plus de personnalité à ces messieurs et que je les mette davantage en avant, en montrant qu’ils peuvent eux aussi faire des choix, se montrer utiles et faire avancer l’histoire au lieu de n’en être que spectateurs. Comme je l’ai expliqué dans le paragraphe « Révélations », ça me permettra aussi de brouiller les pistes quand il s’agira de cacher l’identité de mes personnages masqués.

J’ai par ailleurs un enjeu de romance 😉 Il y a quelques histoires d’amour dans ce tome 1, mais qui restent assez discrètes. Je crois que j’ai trop peur de retomber dans les travers de mes fanfictions, où les intrigues ne tournaient quasiment QUE autour des histoires de cœur.

Mais je me retrouve dans l’excès inverse : mes tourtereaux ont trop peu d’interactions entre eux, on comprend donc mal pourquoi les uns s’intéressent aux autres. Mettre plus en lumière mes personnages masculins, notamment à travers les yeux de leurs dulcinées respectives, me permettra de les rendre plus attirants.


retours de mes bêta-lecteurs : Les commentaires sur la forme

1. Les interludes

L’essentiel du roman est rédigé dans une narration interne à la troisième personne, centrée sur mon héroïne. On revient de loin, puisque dans la première version du manuscrit je mélangeais les points de vue sans réfléchir et sans aucune logique. De cette époque sont restés cinq interludes qui ponctuent la deuxième partie et qui proposent d’autres narrations :

  • Le premier interlude et le dernier sont d’un point de vue omniscient et désincarné
  • Le deuxième rapporte un échange de messages entre quatre personnages
  • Le troisième et le quatrième sont narrés à la première personne et au présent par un personnage qui mène une enquête

Tout ça reste donc encore assez confus. Cependant, mes interludes amènent des informations utiles pour l’histoire et je n’avais pas envie de les supprimer carrément. J’avais donc décidé de les laisser pour le moment et de voir ce que m’en diraient mes bêta-lectrices. Le bilan est mitigé : certains interludes ont eu du succès, d’autres moins.

Le premier interlude est celui qui laisse le plus perplexe, d’autant qu’il est court et n’apporte pas grand-chose à l’intrigue ou aux personnages. Le deuxième a davantage plu et permet de découvrir une autre facette de l’histoire. Cependant, l’ensemble manque de continuité et de cohérence, aussi bien sur le fond que sur la forme, et c’est quelque chose qu’il me semble important de corriger.

Deux de mes BL m’ont suggéré de faire de mes interludes des mini-intrigues dédiées à un (ou deux) personnage(s). Ce serait un bon moyen de lui (leur) donner de la substance et d’expliquer davantage ses (leurs) motivations.

2. Les précisions techniques

Comme son titre l’indique, Météorites parle de météorites.

Résultat de recherche d'images pour "captain obvious"

C’est un sujet que j’aime beaucoup, l’astronomie m’a toujours fascinée et je me suis efforcée de chercher des informations (notamment en allant visiter une exposition dédiée). Cependant, je n’ai pas du tout les connaissances ni la rigueur d’une vraie scientifique et mes descriptions comportaient certaines approximations.

Heureusement, une de mes BL était bien plus calée en physique que moi ! Grâce à elle, vous ne me verrez pas décrire mes chutes d’astéroïdes comme « un point noir dans le ciel » (c’est plutôt un immense halo de lumière). Et je prendrai en compte la vitesse de propagation du son. Je surveillerai aussi la taille de ma météorite pour l’ajuster aux conséquences physiques que je décris (tremblement de terre, formation d’un cratère, etc.).

Mon histoire fait aussi intervenir un bateau et, à mon grand dam, je suis une quiche absolue en navigation. J’ai consacré un certain temps à m’arracher les cheveux sur Wikipedia pour comprendre les bases et savoir comment décrire mon navire avec juste assez de termes techniques (mais pas trop) pour favoriser l’immersion. Il a aussi fallu que je détermine la taille du bateau pour faire en sorte que ce soit réaliste par rapport au nombre des membres de l’équipage. Mais malgré mes efforts, mes maladresses ont été repérées par une autre de mes bêta-lectrices, bien plus aguerrie que moi sur l’écriture de la navigation.

J’ai ainsi appris qu’il ne pouvait y avoir qu’une seule vergue de misaine, qu’il était illogique de vouloir bander une plaie avec un morceau de voile (qui est un tissu épais et rigide), qu’on disait « gaillard d’avant » et non « gaillard avant », qu’on ne pouvait pas faire reculer un voilier, qu’on ne parlait pas de boussole à bord mais de compas, que le bateau que je décrivais était probablement un brick (j’étais ravie de l’apprendre) et tout un tas d’autres précisions.

Brick

Coucou (source : Désert Noir)

3. Les registres de langue

Dernière grande catégorie de commentaires que j’ai reçus : les quelques incohérences dans le vocabulaire employé et le niveau de langage.

Mon héroïne appartient à l’aristocratie et, comme la narration est de son point de vue, j’utilise en général un vocabulaire assez recherché en évitant d’être trop ampoulée. Mais on m’a fait remarquer qu’il m’arrivait aussi d’utiliser des termes et expressions plus familiers, comme « dégoter », « pas étouffé par la charité », « se prendre un coup », « fourrager », « rechigner », « emberlificoté » ou « le plancher des vaches ».

J’accorde beaucoup d’importance au style de mes romans, alors je m’efforcerai de faire appel à la fonction dédiée d’Antidote pour ne pas m’emmêler les pinceaux 🙂


Et voilà, je crois que j’ai fait le tour !

Je suis contente de vous avoir partagé tout ça, faire le travail de synthèse pour rédiger cet article m’a déjà permis de clarifier pas mal de choses. J’ai aussi pu prendre plus de recul sur les commentaires que j’ai reçus et je les considère maintenant avec plus d’objectivité. Il ne me reste plus qu’à m’y mettre.

En tout cas, je remercie encore une fois énormément mes bêta-lecteurs car j’ai trouvé à peu près tous leurs commentaires intéressants, justifiés et utiles ! Je crois que j’ai eu beaucoup de chance 🙂

J’espère que cette analyse vous aura aussi permis d’identifier, éventuellement, des problèmes similaires dans vos histoires et de voir comment y remédier.


PS : j’ai rédigé cet article avant les chamboulements qui ont secoué notre quotidien, j’espère que vous allez bien malgré tout.

À celles et ceux qui ont désormais trop de temps libre sur les bras : j’espère que mon blog vous aidera à occuper vos heures d’ennui.

À ceux et celles qui travaillent toujours (et sont dégoûtés de voir plein de propositions géniales pour occuper le temps libre qu’ils n’ont pas) : je compatis, je suis dans le même cas ! (Mais étant en télétravail, je ne vais pas trop me plaindre)
Plein de courage à vous, spécialement aux soignants et à tous ceux qui ne peuvent pas travailler à distance ♥

Crédits image : Dmitry Ratushny on Unsplash

15 commentaires sur “Les retours des bêta-lecteurs sur mon 2ème roman”

  1. Bon courage à toi aussi. Si ce n’est pas indiscret, tu exerces quel métier ? Je suis désolée que tu ne puisses pas rester chez toi à l’abri =/
    En tout cas, ton article est impressionnant, le travail de synthèse que tu viens de faire a dû te prendre un temps fou ! Les corrections s’annoncent longues et prises de tête mais à la fin, tu auras un super roman, ce que tu nous livres donne envie !
    Force à toi !

    1. Merci pour ton commentaire ! Je ne suis pas à plaindre, je suis en télétravail (je l’ai précisé dans l’article parce que mon cas n’a rien à voir avec ceux pour qui la situation est VRAIMENT difficile)

      Effectivement l’article m’a pris un peu de temps mais ce n’était pas du temps perdu, ça m’a permis d’y voir beaucoup plus clair dans tous ces retours 🙂 Et j’ai commencé à reprendre mon plan ! ça fait plaisir d’avancer

  2. Impressionnant article en effet. Merci de partager avec nous cette étape de ton travail. Vu comme ça, ça paraît être une montagne en effet, mais c’est une étape nécessaire… Bon courage !

    Vu que je suis en pleine réécriture (avec les doutes et questionnements qui vont avec), ça me parle ce que tu dis !
    Pas encore eu de retours de bêta-lecteurs sur la totalité du roman, ça va venir. J’espère réagir avec autant de pragmatisme que toi, haha.

    (Si tu as le temps et l’envie, j’ai écrit un article sur le confinement et la créativité, et comme c’est le tout premier, je me permets d’en parler : je rejoins le club des blogueurs littéraires, wouhou)

  3. Je suis très sensible à ton billet, puisque je suis moi aussi en pleine campagne de bêta-lecture sur mon roman. J’apprécie beaucoup que tu aies pris le temps de retenir les remarques avant les « mais… », c’est une attitude positive et à mon avis, ces éloges n’ont rien d’anecdotiques.

    Et puis je me retrouve dans la description que tu fais de ton quotidien: je continue à travailler, et je passe le reste de ma journée avec mes enfants, ce qui est très chouette, mais me laisse très peu de temps pour autre chose. Il n’y a qu’à voir combien de temps il m’a fallu pour commenter cet article.

    1. Bon courage pour ta propre bêta-lecture !
      Avec un emploi du temps normal, il m’a bien fallu deux mois entre la réception des premiers retours, leur digestion et le retour de meilleures idées. J’espère que tu vas trouver le temps d’avancer tout de même

  4. Retour de ping : Congés + Confinement = CampNaNo – L'Astre et la Plume

  5. Retour de ping : Des difficultés d’écrire un roman en deux tomes – L'Astre et la Plume

  6. Retour de ping : J’ai testé pour vous : un atelier d’écriture avec Cécile Duquenne – L'Astre et la Plume

  7. Retour de ping : Mes 5 plus grosses erreurs en narration – L'Astre et la Plume

  8. Retour de ping : Mes 5 plus grosses erreurs en narration - L'Astre et la Plume

  9. Retour de ping : J'ai testé pour vous : un atelier d'écriture avec Cécile Duquenne - L'Astre et la Plume

  10. Retour de ping : Organiser la bêta-lecture de mon deuxième roman - L'Astre et la Plume

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.