Accueil > Être auteur > Organisation > Faut-il vraiment écrire tous les jours ?

Faut-il vraiment écrire tous les jours ?

Faut-il écrire tous les jours pour être un auteur ou une autrice digne de ce nom ? Ce sujet fait l’objet d’un important débat parmi les écrivains, entre les forcenés du « oui » et ceux que l’idée d’écrire tous les jours fait partir en courant. Je pense que c’est un idéal, mais qu’il ne convient pas à tout le monde, et que l’essentiel est d’écrire régulièrement. Dans cet article, découvrez pourquoi écrire tous les jours n’est pas forcément fait pour vous, apprenez à déculpabiliser si c’est le cas, mais aussi à creuser les raisons qui vous empêchent d’écrire au quotidien.


faut-il écrire tous les jours

Retrouvez cet article en vidéo !

Personnellement, j’écris tous les matins… Mais rarement le week-end, et encore moins pendant les vacances. Je peux aussi faire des pauses quand je suis entre deux projets d’écriture. Il y a quelques mois, j’ai même mis mon roman de côté pendant une semaine pour participer à un concours de nouvelles, puis je me suis accordé quelques jours de pause avant de m’y remettre

Écrire tous les jours n’est pas fait pour tout le monde

La plupart des conseils d’écriture vont expliquer pourquoi c’est très important d’écrire tous les jours ou vous donner des conseils pour y parvenir. C’est très bien, mais je pense que ça met de côté tout un tas d’écrivains pour qui écrire tous les jours n’est pas la meilleure solution.

Tous les auteurs ont un mode de fonctionnement différent. Certains vont pouvoir être efficaces tous les jours, du lundi au dimanche, 365 jours par an. D’autres vont être plus à l’aise pour écrire trois fois par semaine, ou seulement le week-end, ou juste quand ils arrivent à trouver le temps.

Souvent au mois de novembre, tout un tas d’auteurs se lancent dans le NaNoWriMo (le challenge d’écriture très intense qui consiste à écrire 50 000 mots en un mois). À la fin du mois, un certain nombre se retrouvent épuisés d’avoir autant écrit tous les jours, et parfois même carrément dégoûtés de l’écriture.

Ce qui n’est pas le but.

Lire aussi : 3 sources de blocages d’écriture : procrastination, éparpillement et épuisement

Votre mode de fonctionnement va aussi dépendre du temps que vous aimez consacrer à chaque séance d’écriture. Parfois, pour écrire, on ne fonctionne bien que quand on a des longues plages de plusieurs heures de concentration devant soi.

À une époque, j’avais essayé de me dégager 10 minutes pour écrire chaque jour et ça ne fonctionnait pas du tout. En 10 minutes, j’avais à peine le temps d’allumer mon ordinateur, d’ouvrir mes fichiers et de lancer ma playlist. J’ai commencé à être efficace seulement quand j’ai pu consacrer 20-30 minutes à l’écriture tous les matins.

C’est donc très important de bien connaître votre mode de fonctionnement, de respecter vos limites, votre niveau d’énergie, et de ne pas vous forcer à écrire à un certain rythme si c’est vraiment pas fait pour vous. On le dit souvent : l’écriture est un marathon, ça ne peut pas marcher si vous le faites dans la douleur.

Pourquoi est-ce que vous n’écrivez pas tous les jours ?

Ceci étant dit, je vous invite à prendre un peu de recul pour vous demander pourquoi est-ce que vous n’arrivez pas à écrire chaque jour. Car il y a de bonnes raisons, bien sûr, mais il y en a aussi de plus discutables.

  • Est-ce un sujet de mode de fonctionnement ?

Comme on l’a vu tout à l’heure, ce n’est pas forcément en travaillant un peu tous les jours que vous êtes le plus créatif.

  • Est-ce un vrai sujet d’organisation ?

Si vous avez un travail à plein temps ou des études très prenantes, des temps de trajets interminables, des enfants en bas âge, des problèmes de santé, et que vous avez très, très peu de temps libre pour vous reposer, c’est tout à fait compréhensible.

  • Est-ce qu’au contraire, vous avez du temps, mais vous avez peur que le fait d’écrire tous les jours bride votre créativité et transforme l’écriture en une forme de corvée ?

Là, vous faites peut-être fausse route, surtout si vous pensez ça avant d’avoir essayé. L’écriture s’apprivoise. Si on se contente d’attendre que l’inspiration vienne, on risque d’attendre longtemps.

Et souvent, ce sont d’ailleurs les contraintes qui vont faire jaillir la créativité. Si vous vous obligez à vous mettre au travail un certain temps chaque jour, vous finirez sans doute par avoir plus d’idées que si vous attendez seulement le bon moment

  • Enfin, est-ce que tout ça ne cache pas un blocage bien plus sérieux qu’une question d’organisation ?

Si vous dites n’avoir jamais le temps d’écrire, mais que vous trouvez le temps de procrastiner sur tout un tas d’autres activités, demandez-vous si le problème n’est pas ailleurs.

Parfois, on pense qu’on n’a pas le temps d’écrire, alors qu’on n’en a simplement pas envie. Et ce manque d’enthousiasme est souvent lié au fait qu’on a une histoire bancale, qui ne nous plaît qu’à moitié, et dont on sait qu’elle va demander un très gros travail. On trouve donc plein de bonnes excuses pour ne pas s’y mettre.

Lire aussi : Faire un blocage d’écriture

Je ne tiens pas du tout à vous juger, mais j’espère que ces pistes de réflexion vous aident à y voir plus clair et peut-être à identifier si ce que vous preniez pour un problème d’organisation ne cache pas autre chose.

Les avantages d’écrire régulièrement

Je pense que l’essentiel n’est pas d’écrire tous les jours, mais d’écrire régulièrement, dans l’idéal au moins une fois par semaine. Pourquoi ? Il y a plusieurs avantages :

Avancer

Ça paraît évident, mais plus on écrit souvent et plus on écrit. Si vous écrivez 1500 mots par semaine, à la fin de l’année, vous aurez déjà un roman de bonne taille.

Le but n’est pas d’écrire toujours plus pour la beauté du geste. Si l’écriture est seulement pour vous une activité de détente parmi d’autres, vous pouvez tout à fait vous contenter d’écrire quand vous le souhaitez. Mais si vous avez l’ambition de terminer un roman, voire de le faire publier ou de construire une carrière d’auteur, il est utile d’améliorer sa rapidité d’écriture.

Muscler sa plume

Plus vous écrivez et plus l’écriture devient facile. Quand vous avez des séances d’écriture régulières planifiées dans votre agenda, vous ne vous prenez plus la tête à vous demander si vous avez envie d’écrire ou non, vous écrivez, c’est tout.

Ça permet de se discipliner et de mettre automatiquement son cerveau en mode écriture. L’inspiration viendra de plus en plus facilement, parce que vous vous rendrez disponible pour qu’elle vous trouve. Petit à petit, vous apprivoiserez l’exercice, vous prendrez des réflexes, vous apprendrez ce qui marche pour vous ou non, et vous progresserez.

Inversement, moins on écrit et plus on a de mal à s’y remettre. Quand on n’a pas écrit depuis des semaines ou des mois et qu’on pense à la tâche immense qui nous attend, au fait de devoir passer des heures rien qu’à relire ses notes, on est encore plus susceptible de procrastiner. Ecrire régulièrement permet de découper cette grande perspective terrifiante en petites sessions.

Lire aussi : Comment muscler sa plume en écrivant de plus en plus

Garder l’histoire en tête

Travailler sur son roman régulièrement aide beaucoup à se souvenir des détails. Si vous êtes en plein dans les corrections, vous savez exactement quelle scène vous allez affecter si vous changez quelque chose dans tel ou tel chapitre.

C’est aussi ce qui permet que vos personnages et votre intrigue continuent à vous trotter dans la tête quand vous vous baladez, quand vous faites la vaisselle ou quand vous vous lavez les dents. Votre cerveau continue à travailler en tâche de fond, ce qui, permet parfois d’avoir des inspirations de génie et de débloquer des choses.

Se permettre de rater une séance

Comme j’écris régulièrement, je m’autorise à laisser passer quelques jours le week-end quand je ne suis pas disponible. Je sais que ce n’est pas très grave, parce que je m’y remettrai très vite . Alors que si vous prévoyez une séance d’écriture par mois et que vous avez un imprévu, vous allez bien plus culpabiliser de l’avoir manquée.


J’espère vous avoir donné envie d’écrire aussi régulièrement que possible !

Pour conclure, j’aimerais proposer une distinction entre « écrire tous les jours » et « penser écriture tous les jours ». Même si vous n’avancez pas dans votre nombre de mots, vous pouvez vous donner comme objectif de faire tous les jours une petite chose liée à l’écriture. Ça peut être de relire une scène que vous avez écrite, de noter une idée d’histoire, ou de lire un article de blog sur un aspect de l’écriture qui vous pose problème.

Partagez vos méthodes en commentaire !

4 commentaires sur “Faut-il vraiment écrire tous les jours ?”

  1. Moi j’écris tous les jours quand je bosse sur un texte. Entre deux textes, je fais rien. J’ai un créneau dédié tous les matins avant d’aller au travail et je m’y tiens.
    Sauf quand mon chat m’empêche de dormir et là je suis bien obligée de reporter ma séance au soir. Mais c’est la vie que j’ai choisie (autrice/folle aux chats)
    Et effectivement, faut relativiser : louper une journée ou deux ne pas déclencher la destruction de l’univers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.