Accueil > Construire une histoire > Personnages > Faire évoluer ses personnages grâce aux archétypes des âges de la vie

Faire évoluer ses personnages grâce aux archétypes des âges de la vie

Comment donner une évolution crédible et captivante à ses personnages de roman ? Les archétypes de personnages comme ceux proposés par John Truby dans L’Anatomie du Scénario ou par les 16 profils du MBTI sont utiles pour définir des personnalités et s’assurer qu’elles soient complémentaires entre les différents membres du réseau. Mais ce qui est intéressant dans une histoire, c’est d’observer comment elle transforme son protagoniste. Alors, comment faire évoluer un personnage à partir d’un archétype figé ?

faire évoluer ses personnages de roman

Les arcs de personnages archétypaux selon K.M. Weiland

Présentation des arcs de personnages archétypaux

L’autrice américaine K.M. Weiland propose une solution avec les arcs de personnages archétypaux, un concept qui accomplit l’alliance magique des archétypes de personnages et des arcs narratifs.

Lire aussi : Qu’est-ce qu’un arc narratif de personnage ?

Elle conçoit les 6 arcs suivants :

  1. La jeune fille
  2. Le héros
  3. La reine
  4. Le roi
  5. La doyenne
  6. Le mage

La beauté de ces archétypes, c’est qu’ils se suivent dans le temps. Chaque « couple » (jeune fille / héros, roi / reine, doyenne / mage) correspond à l’un des trois âges de la vie humaine : la jeunesse, l’âge mûr et la vieillesse, chacun durant environ 30 ans.

Le fait que cette classification repose sur un symbole aussi puissant et universel que celui des trois âges de la vie (pensez à l’énigme d’Œdipe) la rend très puissante à mes yeux.

Titien, Les Trois Âges de l’homme.

Des arcs initiatiques et évolutifs

Ces arcs ont une valeur initiatique. Chacun s’appuie sur le précédent pour dépeindre l’ensemble du cycle de la vie (le cycle éééterneeeel – pardon).

La clé est que le personnage ne reste pas « coincé » dans son archétype tout au long du récit : symboliquement, l’arc représente la mort de l’archétype et sa résurrection dans le suivant.

La jeune fille meurt et devient un héros, le héros meurt et devient une reine, etc. C’est cette dynamique qui permet de mettre en scène l’évolution du personnage au cours du récit.

Précision importante : même si les arcs ont des dénominations masculines et féminines, ils peuvent correspondre à des personnages de n’importe quel genre.

L’âge réel du personnage n’importe pas non plus. D’ailleurs, il est possible de répéter plusieurs fois l’expérience d’un archétype au cours d’une vie.

Arcs narratifs et structure du récit

En ce qui concerne la construction du récit, les arcs de personnages archétypaux peuvent la soutenir de deux façons.

Un même arc peut être raconté sur le cours de plusieurs histoires dans une série, par exemple en attribuant un archétype à chaque tome (mais pas nécessairement).

Dans le sens inverse, une seule histoire peut aussi couvrir plusieurs arcs. On peut d’ailleurs concevoir le fameux « Voyage du héros » de Joseph Campbell comme un rassemblement des six archétypes, plutôt qu’une simple description de celui du Héros.


Enjeux et évolution des différentes archétypes

K.M. Weiland détaille l’évolution dont chaque archétype peut faire l’expérience au cours d’un récit et le thème qu’il recouvre.

La Jeune Fille

  • Le thème : devenir adulte, révéler son potentiel, atteindre le pouvoir et la responsabilité
  • Les enjeux : se démarquer de sa tribu
  • Les antagonistes : le Prédateur, les parents destructeurs ou naïfs
  • Exemples : Jane dans Jane Eyre, Rose dans Titanic

Le Héros

  • Le thème : terrasser le dragon, concilier son appétit du pouvoir et sa capacité à aimer
  • Les enjeux : quitter le village pour sauver le royaume
  • Les antagonistes : le Dragon, le statu quo
  • Exemples : Mulan, Thor, Luke Skywalker dans Star Wars, Katniss Everdeen dans Hunger Games

La Reine

  • Le thème : défendre le royaume, gagner avec les autres
  • Les enjeux : accepter le fardeau du commandement
  • Les antagonistes : l’Envahisseur, le Tyran, le Trône vide
  • Exemples : Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux, Elizabeth I dans le film Elizabeth, Maximus dans Gladiator

Le Roi

  • Le thème : se sacrifier pour le royaume
  • Les enjeux : entrevoir le début de la fin
  • Les antagonistes : le Cataclysme
  • Exemples : T’Challa dans Black Panther, William Wallace dans Braveheart, Harry Potter dans Les Reliques de la Mort

La Doyenne

(NB : en anglais, cet arc est appelé « The Crone », qui se traduit littéralement comme « vieille chouette » ou « vieille mégère »… J’ai essayé de trouver mieux)

  • Le thème : tenir tête à la mort et continuer à vivre
  • Les enjeux : la vie et la mort (rien que ça)
  • Les antagonistes : la Mort, la mortalité
  • Exemples : Gandalf le Gris dans Le Seigneur des Anneaux, Marilla et Matthew Cuthbert dans Anne de Green Gables (Anne with an E sur Netflix)

Le Mage

  • Le thème : conclure sa vie et avoir une bonne mort
  • Les enjeux : transmettre le monde à ceux qui vont suivre et les guider
  • Les antagonistes : la véritable nature du Mal
  • Exemples : Yoda dans Star Wars, Galadriel et Gandalf le Blanc dans le Seigneur des Anneaux, Mary Poppins

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve ces archétypes et leur potentiel narratif absolument passionnants, je pourrais passer des jours entiers à explorer ces arcs… Mais restons-en là pour aujourd’hui !

Connaissiez-vous déjà ces archétypes correspondant aux âges de la vie ? Comptez-vous les utiliser dans vos histoires ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.