3 règles d’or pour écrire un best-seller

Écrire un best-seller, c’est simple. Des tas de gens y arrivent.

Grâce à ma longue expérience de lecture et d’écriture, j’ai décelé 3 règles d’or qui permettent d’y arriver à tous les coups. Découvrez-les vite !

3 règles d'or pour écrire un best-seller


Vous y avez vraiment cru ? 😉

En écriture comme dans toute forme de création, le succès ne se commande pas. Jamais. Il est imprévisible et dépend de quantités de facteurs que vous ne pouvez pas contrôler. Même les géants du divertissement font des flops. S’il y avait une recette magique pour réussir, ça se saurait. La quantité de livres et d’articles qui essaient de vous faire croire le contraire sont, dans le meilleur des cas, de doux rêveurs.

D’ailleurs, comme vous aurez remarqué que mon roman ne caracole pas en tête des ventes dans toutes les librairies, vous vous doutez bien que même s’il y avait une formule miracle, je ne la connais pas ^^

Alors 3 règles d’or pour écrire un chef-d’œuvre, au moins ?

Il n’y a pas davantage de règle d’or pour écrire un excellent roman, indépendamment de l’aspect commercial. Parce que cette appréciation est toujours subjective.

Pour me faire pardonner cette petite blague de 1er avril, je vais me risquer à vous proposer 3 conseils pour écrire, non pas un chef-d’œuvre, mais un bon roman. Un texte dont vous serez fier et qui fera passer un bon moment à vos lecteurs – ce qui est déjà beaucoup.

Je précise que ce sont des conseils, je ne prétends pas que ce soient des règles absolues à suivre. Mais comme vous avez cliqué sur le lien de cet article, je suppose que vous êtes preneur.


Apprendre

Je suis convaincue que, comme pour tous les autres arts, l’écriture est un domaine où on peut s’améliorer en apprenant.

Cet apprentissage peut se faire par la théorie, en s’intéressant aux grands principes de la dramaturgie, de la narration et du style. Pour cela, je vous renvoie aux nombreux blogs d’écriture que je consulte moi-même assidûment et qui vous fourniront une foule de ressources dont la qualité n’a d’égale que la gratuité. Vous pouvez aussi vous pencher sur des manuels plus ou moins classiques.

L’apprentissage se fait également par la pratique et, pour cela, je vous encourage à lire un maximum et à diversifier autant que possible vos types de lectures (dans la mesure de vos goûts personnels) : littérature blanche ou de genre, classiques ou contemporains, étrangers ou francophones, romans ou nouvelles ou BDs, auteurs et autrices, etc.

Entraînez-vous à disséquer ce qui vous plaît ou pas dans ces œuvres. L’exposition est-elle subtile ou bien pesante ? Quel narrateur est choisi ? Les personnages sont-ils bien étoffés ? Les enjeux bien définis ? Qu’est-ce qui vous donne envie de lire la page suivante ? Le style est-il sobre, riche, trop chargé, étonnant ?

Écrire

Éplucher tous les conseils d’écriture du monde, c’est bien ; les mettre concrètement à l’épreuve, c’est mieux.

Un fossé sépare le fait de connaître une règle et celui de savoir bien l’appliquer. Pour cela vous devrez pratiquer, pratiquer, pratiquer encore, bref rédiger des centaines de pages et même des milliers de pages et accepter dès maintenant que les premières ne seront pas très bonnes.

Certains préfèrent débuter par des projets courts et simples, d’autres se jettent directement dans la trilogie de leurs rêves. Peu importe ce que vous choisissez du moment qu’un jour, vous cessez de réfléchir à l’arbre généalogique de vos personnages sur six générations et que vous vous mettez réellement à écrire. Peu importe le temps que vous prendrez pour en venir à bout. Peu importe, d’ailleurs, que vous veniez à bout de votre première histoire, ou de votre deuxième. Si votre roman en vient à vous déplaire à un point irrécupérable, vous avez le droit de l’abandonner.

Mais pas d’abandonner tout court ! Apprenez de vos erreurs (l’intrigue était-elle trop faible ? l’univers trop cliché ?) et évitez de les répéter dans l’essai suivant.

Un roman ne sera jamais bon tant qu’il restera dans votre tête.

Relire et corriger

Aucun roman n’est intégralement bon dès le premier jet. Que vous ayez seulement des coquilles à reprendre ou bien 90% de votre manuscrit à réinventer, les corrections sont une phase indispensable de votre travail d’écrivain.

Relisez votre texte après l’avoir laissé reposer et ayez l’humilité de voir ses erreurs.

Faites-les relire par des bêta-lecteurs, prenez le temps qu’il faudra pour digérer leurs avis et remettez-vous à l’ouvrage. Faites le deuil de votre propre génie, mais mettez tout votre cœur à ce que vous faites.

Beating Heart Love GIF - Find & Share on GIPHY

Devenez vous-mêmes un bêta-lecteur et apprenez à reconnaître chez les autres ce que vous maîtriser plus ou moins bien.

Ces corrections sont souvent vues comme une phase ingrate. Mais vous verrez, c’est tellement satisfaisant de voir un roman s’améliorer !


Voilà mes 3 conseils. Oh, et puis je peux vous en donner d’autres. Amusez-vous ! Faites-vous plaisir ! Faites-nous rêver ! Ecrivez les histoires que vous avez envie de lire !
Et puis ne vous prenez pas trop la tête avec les conseils d’écriture, hein 🙂 Parfois, on lit de ces bêtises…

Bon courage à tous


Crédits image : Photo by Giorgio Trovato on Unsplash

0 commentaire pour “3 règles d’or pour écrire un best-seller”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.