Passion costumes historiques

Mes premières fanfictions étaient réputées pour accorder une large part aux descriptions vestimentaires. Avec le temps, j’ai fini par comprendre que mes lecteurs ne seraient pas forcément passionnés par le moindre détail des tissus, des coupes, des couleurs et des broderies de chaque robe évoquée dans mes histoires. 

Curieux, je sais, mais c’est comme ça ^^


Depuis, j’essaie de me restreindre. Mais les costumes historiques sont pour moi une vieille passion et j’apprécie toujours de glisser quelques instants chiffons dans mes romans.

Ma passion pour les costumes historiques

Pourquoi ce goût des costumes historiques ?

Plusieurs facteurs ont concouru pendant mon adolescence à me faire raffoler des crinolines et autres robes de princesses.

Tout d’abord, les évidentes inspirations filmographiques comme les robes de Sissi, Peau d’Âne ou Scarlett O’Hara dans Autant en Emporte le Vent.

Je veux dire, comment peut-on vouloir porter autre chose qu’une robe couleur du soleil ?

 
J’avais aussi la chance de fréquenter deux musées riches en tenues de rêve : le musée Galliera à Paris (musée de la mode) et le musée Christian Dior à Granville, en Normandie, avec ses merveilleuses collections de robes New Look.


Enfin, je faisais du théâtre. Et l’un de mes moments préférés de l’année était l’ouverture du grand costumier du lycée, au moment de préparer nos spectacles, pour y choisir des robes ou des uniformes de l’époque de Molière.


Je passais des heures à rêvasser sur des livres dédiées aux costumes et coiffures d’époque (voire sur des planches du dictionnaire) et à reproduire des silhouettes. Mon chouchou : Le Costume occidental de l’Antiquité à la fin du XXè siècle, de John Peacock. Et plus récemment : Le costume historique, d’Auguste Racinet, offert par une amie bien renseignée sur mes préférences 😉


Pour autant, je n’ai jamais réussi à m’intéresser à la mode moderne et aux défilés des grands couturiers. S’il n’y a pas de corset, je m’ennuie ^^


Les costumes dans mes romans

Que ce soit dans Le Page de l’Aurore ou dans Météorites, j’utilise souvent le prétexte de découvrir un nouveau pays pour m’attarder sur les vêtements de mes personnages. 

Dans Le Page de l’Aurore, vous trouverez même une scène où mon petit héros, Cœur, est traîné chez le tailleur pour se faire faire une garde-robe à la mode. Cette scène est d’ailleurs largement inspirée de la saga Fortune de France et des passages où le héros provincial se fait ridiculiser en arrivant à Paris à cause de ses pourpoints trop has been.


A d’autres endroits, je n’ai pas résisté au plaisir de retranscrire des images trouvées sur Pinterest

« Sa chevelure sombre était ceinte d’une somptueuse couronne faite entièrement de perles, qui l’enserrait comme une résille et s’évasait gracieusement sur le haut de sa tête. »

Dites bonjour à Cleghora

Dans Météorites, je me fais plaisir en décrivant une atmosphère steampunk :

« Un homme portait une moustache recourbée en arabesques ; un autre arborait au poignet trois montres aux rouages complexes. Tous allaient vêtus avec la même extravagance, sans que Vïnchka puisse distinguer les aristocrates du peuple. Et quelle indécence dans le comportement des femmes ! Celles qui ne s’exhibaient pas en corset, la poitrine à peine voilée de tulle, laissaient voir leurs jambes bottées. Sans compter celles qui se travestissaient en hommes, portant canne, haut-de-forme à plume et culottes en velours. »


« Les rayons d’or glissaient sur les boutons de cuivre des gilets brodés, dansaient dans les jupes outrageusement courtes des Mirageuses, et faisaient reluire les montures des épaisses lunettes. Les perruques rivalisaient d’extravagance, les foulards s’ornaient de pois, de rayures et de dentelles sans la moindre discrétion. »


Renouveau d’intérêt

Depuis quelques années, j’ai découvert l’univers du cosplay grâce aux salons comme la Comic Con ou le Salon Fantastique. Je suis extrêmement admirative des personnes qui arrivent à se fabriquer des costumes aussi soignés !

Une amie m’a récemment refait plonger dans la marmite de l’adoration des costumes historiques en me faisant découvrir des chaînes YouTube dédiées au sujet.

En français : celle de Marjorie Le Noan, pour les tenues vintage du XXème siècle.

En anglais : celles de Karolina Żebrowska et de Bernadette Banner, qui vont encore plus loin dans l’histoire du costume et vont jusqu’à fabriquer leur propre garde-robe d’époque *-*


J’ai été très intéressée par ces chaînes qui détruisent les mythes qui existent souvent sur les costumes historiques (par exemple : non, les corsets n’étaient pas systématiquement serrés jusqu’à s’évanouir, non les robes des années 1920 n’avaient pas toutes des franges) ou décortiquent la qualité des costumes dans les films et séries d’époque. 

Si vous voulez par exemple savoir tout ce qui ne va pas dans les costumes de la récente adaptation de Little Women, je vous invite à découvrir cette savoureuse vidéo de Micarah Tewers 😉


Du coup, je me suis inscrite pour prendre quelques cours de couture dans les prochains mois ^^ 



Et vous, êtes-vous intéressés par les costumes historiques ? Quelle place tiennent les vêtements de vos personnages dans vos histoires ? Est-ce que vous aimez lire ou écrire ce type de description ?

Pour partager mes prochaines découvertes, mes projets et les coulisses de mes romans, inscrivez-vous à ma newsletter ! >> Cliquez ici pour la recevoir.

Crédits image : The Crown, Alex Bailey/Netflix

4 commentaires sur “Passion costumes historiques”

  1. Ces costumes sont vraiment trop beau, j’aime beaucoup les photos que vous avez mis sur le blog. Moi aussi j’ai fait un peu de théâtre. Peut être que c’est pour cela que j’aime aussi les costumes comme vous. Super Article

  2. Ah ben voilà, notre passion commune ! Je n’ai pas mentionné le cosplay, mais j’adore aussi. Je rêve toujours d’ailleurs de me confectionner la robe de Daenerys Targaryen à Quarth.*_* (Toute sa garde-robe en fait).
    J’adore aussi tes extraits ! Juste ce qu’il faut et on imagine très bien l’allure des personnages!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.